Dans la mythologie grecque, les Amazones (en grec ancien Amazonides ; une étymologie populaire fait dériver le nom de mazos,  sein  en ionien :  celles qui n'ont pas de sein ) étaient un peuple de femmes guerrières résidant sur les rives de la mer Noire.


Les Amazones, étant une tribu de femmes à la fois égales et ennemies des hommes, étaient un moyen pour les Grecs d'incarner leur peur du sexe féminin.
Au commencement, elles étaient perçues affreuses, mais avec le temps, elles furent représentées comme de grandes beautés tout à fait irrésistibles. Leur légende unissait la sauvagerie du genre féminin et la brutalité du barbare.

Ces grandes guerrières habitaient le Caucase et les plaines du Danube; près de la mer noire.
Leur principale ville s'appelait Thémiscyre.
Elles étaient des descendantes d'Arès, un Dieu violent qui incarne la guerre et aussi de la Naïade Harmonia.
D'autres légendes racontent qu'elles sont le résultat de l'union entre Arès et Aphrodite (la déesse de la beauté et de l'amour) ce qui expliquerait leur grande beauté et, en même temps, leur attirance pour la guerre.

Cette tribu de guerrière était toujours dirigée par une reine et vivait à l'écart des hommes, mais ces femmes étaient tout de même hétérosexuelles.
Elles fréquentaient les mâles des tribus voisines pour se reproduire et utilisaient certains hommes comme esclaves.


D'un autre côté, les Amazones voyaient leur continuité au féminin, elles élevaient avec soin leurs filles, mais tuaient ou mutilaient leurs enfants mâles en les rendant généralement aveugle ou boiteux.

Cependant, le fait qu'elles tuent leur fils, est difficile à croire parce qu’on se demande comment elles auraient pu assurer leur perpétuation.
Il est donc plus probable qu’après le sevrage, les garçons étaient confiés aux hommes avec lesquels elles les avaient enfantés. Cela présuppose davantage un type de société matriarcale, ce dont les Grecs avaient horreur, raison pour laquelle ils blâmèrent tant cette population.

Dès qu'il en était possible, elles se coupaient volontairement le sein droit afin de mieux tirer à l'arc, bien que cela ne soit pas toujours représenté dans l’art.
Elles manient très bien les armes mais c'est à l’arc et à la lance qu’elles sont les plus habiles et elles se battent généralement à cheval.
Le cheval était inséparable des populations des steppes, ce fut ultérieurement le cas des Scythes qui étaient renommés dans l’Antiquité comme éleveurs et dresseurs de chevaux.
Néanmoins, la légende nous a laissé le mythe de femmes excellentes cavalières, guerrières, élevées comme telles.

Cependant, ces femmes n’étaient pas que de redoutables guerrières, elles étaient aussi des chasseresses habiles et des prêtresses dévouées.
Ces femmes ignoraient toutefois tout de la navigation et de la culture de céréales ; elles ne se nourrissaient que de viande.


Les récits au sujet des Amazones nous renseignent surtout sur leurs guerres contre les principaux héros grecs comme Bellérophon, Thésée, Achille et Héraclès (Hercule).
D’ailleurs, un des travaux d’Héraclès (le neuvième) était de voler à Hippolyte (la reine des Amazones à cette époque) sa ceinture (celle-ci lui avait été offerte par Arès et était l’insigne du pouvoir du Dieu).
La reine aurait bien accepté de donner sa ceinture au héros, mais la déesse Héra excita les Amazones à une révolte, ce qui fit que Héraclès fut forcé de tuer la souveraine.
Par la suite, le héros Thésé, qui se trouvait avec Héraclès, kidnappa Antiope, la sœur d’Hippolyte.
Pour récupérer leur nouvelle reine, les Amazones poursuivèrent Thésée et allèrent jusqu’à attaquer Athènes, elles furent toutefois vaincues par les Athéniens commandés par Thésée.

Les Amazones fascinèrent un très grand nombre de héros. Achille en est un bon exemple.
Vers la fin de la guerre de Troie, alors qu’elles venaient au secours de Priam, le héros a poignardé la jolie reine Penthésilée.
Malheureusement pour lui, c’est à ce moment fatidique qu’il a découvert sa passion pour cette dernière.
Il a pleuré et s'est lamenté sur son cadavre de la voir morte si jeune et si belle.
Celui-ci alla jusqu'à tuer l'un de ces compagnons qui avait malencontreusement mentionné ce fait.
Après la mort d’Achille, les Amazones tentèrent de se venger mais leurs chevaux ne les laissèrent pas faire ; ils se cabrèrent et écrasèrent les pieds de ces dernières sous leurs sabots lourds.

Les Grecs réussirent une fois l’exploit de capturer les Amazones, mais ils ne survécurent pas pour raconter ce haut fait.
En effet, rendues à bord du bateau grec, ces femmes sauvages les tuèrent tous et prirent possession de l’embarcation qu’elles réussirent, probablement au bout de bien des difficultés, à faire accoster chez les Scythes, une tribu de guerriers mâles.
Un bref combat s’amorça et se termina en séduction sur la rive.
Les hommes et les femmes s’unirent sur la plage sous le soleil chaud et encore bien haut dans le ciel.
Les Scythes avaient espérés de bons guerriers à la suite de cette union, mais, bien que les Amazones eurent acceptées le mariage, ce fut sous les conditions de celles-ci.
Les deux tribus se joignirent donc pour un mode de vie nouveau qui fit naître un tout nouveau peuple ; les Sauromates.