L'origine du nom Guenièvre vient selon toute vraisemblance du mot gallois "Gwenhwyfar" (ancienne graphie Gwenhwyvar ) signifie "Esprit Blanc".
Dès lors, on peut affirmer que Guenièvre possède un caractère féérique qui lui confère un aspect magique, si ce n'est de l'Autre-monde.
Elle n'est pas sans évoquer la bansidh* (*Dans la mythologie celtique, une Bansidh est une femme du Sidh, cest-à-dire de lAutre Monde, une messagère des dieux.) de la mythologie celtique de l'Antiquité.
Fille de Léodegan de Carmelide, Guenièvre est avant tout lépouse du roi Arthur.
Sa beauté, son éloquence ainsi que le prestige de sa cour font de la reine une figure à la fois prisée par les chevaliers, haïe par ses semblables et confine à la féerie.
Sa liaison avec Lancelot entama l'unité des Chevaliers de la Table Ronde.
C'est aussi sa beauté qui attira le neveu du Roi Arthur Sire Modred, qui investit Camelot et força Guenièvre à l'épouser en l'absence du roi.
La confrontation entre Arthur et Modred à la bataille de Camlann mit une fin sanglante à l'age d'or de la chevalerie britannique et peu de chevaliers y survécurent.
Arthur, mortellement bléssé, fut emporté à Avalon, tandis que Guenièvre se fit nonne à Amesbury, où elle mourrut plus tard.
Certains pensent qu'elle fut enterrée à Glastonbury, non loin de la tombe d'Arthur.